Archives pour la catégorie Installations

Greniers à sel, Honfleur, 800 grammes

800 grammes
Du grain de sel au brin de laine

œuvre in situ…

30 avril-5mai 2024 / 10h30-19H
Entrée libre

Les Greniers à sel de Honfleur sont un des sites les plus visités de Normandie. Classés monuments historiques, ils constituent un écrin exceptionnel pour accueillir des événements et manifestations culturelles. Ils offrent au visiteur la possibilité d’une expérience architecturale singulière et sensible, conjuguant émotion esthétique et connaissance historique de la ville.

vue de l'installation 800 grammes Jaune 03

Par une œuvre in situ, nous proposons de révéler la force et la puissance qui émanent de ces deux imposants vaisseaux de pierre, la beauté d’un espace que rythment et couronnent la voûte des charpentiers de marine et ses remarquables éléments de structure: varangues, arbalétriers, poinçons, butées.

L’installation est réalisée avec de la laine, un matériau extrêmement léger, fluide, mouvant. Elle se déploie de façon inversée, en contrepoint de la toiture, et reprend dans son dessin la charpente en bois de châtaignier qui évoque la coque retournée des navires.

N’utiliser que 800 grammes de matière, c’est aussi évoquer, par antithèse, les 10 000 tonnes de sel que pouvaient contenir ces greniers pour les campagnes de pêche, à une époque où l’exploitation des ressources de la mer n’était pas encore un enjeu critique. Aujourd’hui, choisir de n’utiliser qu’un minimum de matériau pour créer, c’est défendre une économie, une écologie des moyens.

Matériau naturel, fragile et modeste, la laine prend forme par son propre poids, dessinant une voûte en chaînette, une géométrie délicate, éphémère, que peut transformer un simple courant d’air. 800 grammes seulement. Une surface presque immatérielle, ondule au passage des visiteurs, générant une interaction subtile entre l’œuvre et le spectateur. 1600 mètres de fil. En circulant dans ce dispositif immersif, en le modifiant par le déplacement de son corps, le visiteur pourra sentir, percevoir, penser le lieu et son histoire, s’y
sentir présent, vivre une actualité.

« Pour moi, il ne s’agit pas seulement de travailler avec l’architecture et l’espace, il s’agit aussi de travailler avec le temps, de travailler avec les gens qui s’impliquent dans le lieu. C’est aussi une question d’histoire » Daniel Buren

simulation_3D_Grenier_a_sel

8 mots clés pour découvrir l’exposition

1. Matériau proche du corps, douce, intime, la laine induit une sensation de fragilité. Elle se tricote comme elle se détricote. Si on tire sur le fil, tout se défait.

2. Utilisée par les tisserands et les géomètres, la trame est un moyen d’organiser l’espace, de l’imaginer. Tramer, penser quelque chose à venir qui n’a pas encore de forme.

3. Les formes sont générées par le matériau et la gravité:
un fil, accroché à un bout, l’autre étant libre, cela fait une ligne
verticale. Attaché aux deux extrémités, cela fait une courbe,
plus exactement une chaînette.

4. Le fil est une génératrice, l’ensemble des génératrices
crée des surfaces virtuelles. Cela permet de sculpter le vide.

5. 800 grammes pour une expérience sensorielle de l’œuvre
et du lieu comme jeux de forces en équilibre.

6. Une intervention minimale dans les Greniers à sel pour
appréhender leur caractère monumental.

7. Dans les greniers à sel, il y a le temps de l’histoire et il y
a le temps du visiteur. Ce qui se passe dans l’intervalle compte.

8. Un aller retour entre la simulation 3D et l’expérimentation in
situ des qualités physiques du matériau.

2 greniers a sel Honfleurs

Les deux Greniers à Sel datent du XVIIème siècle. Construits par la ferme des Gabelles avec l’approbation de Colbert, la plupart des pierres ayant servi à leur construction proviennent des anciennes fortifications de la ville. Leur charpente en chêne est inspirée des techniques de construction marine. Ils sont classés Monuments historiques.

Dimensions: 42m de long, 12m de large, 14m au faîtage

Affiche_800gramme_Grenier_a_sel

affiche réalisée par Eva Hamard

Co-direction artistique : Jacquie Guiyoule
Conception graphique : Eva Hamard

Logo_Honfleur    HWPHPG   logo-boesner   K-LOGO

 

 

Salt Granaries, Honfleur, 800 grams

800 grams
From grain of salt
to strand of wool…

April 30-May 5, 2024 / 10:30 a.m.-7 p.m.
Free entrance

The Salt Granaries of Honfleur are one of the most visited sites in Normandy. Classified as historical monuments, an exceptional setting wich is likely to host cultural events and manifestations. They offer visitors the opportunity for a unique and sensitive architectural experience, combining aesthetic emotion with historical knowledge of the city.

vue de l'installation 800 grammes Jaune 03

Through an in situ work, we propose to reveal the strength and power emanating from these two imposing stone vessels, the beauty of a space rhythmically marked and crowned by the marine carpenters’ vault and its remarkable structural elements: stringers, crossbeams, king posts, and stops.

The installation is crafted with wool, an extremely light, fluid, and moving material. It unfolds in an inverted manner, in contrast to the roof, and incorporates in its design the chestnut wood frame that evokes the overturned hull of ships.

Using only 800 grams of material is also an antithetical evocation of the 10,000 tons of salt that these granaries were able to contain for fishing campaigns, at a time when the exploitation of sea resources was not a critical issue yet. Today, choosing to use a minimal amount of material to create means defending an economy, an ecology of means.

A natural, fragile, and modest material, wool takes shape under its own weight, drawing a chain-like vault, a delicate and ephemeral geometry that can be transformed by a simple draft. Only 800 grams. An almost immaterial surface ripples as visitors pass by, generating a subtle interaction between the artwork and the spectator. 1600 meters of thread. By moving within this
immersive installation, by altering it through the movement of his body, the visitor can feel, perceive, think about the place and its history, feel his own presence, and experience the present day.

« For me, it’s not just about working with architecture and space, it’s also about working with time, working with the people who engage with the place. It’s also a matter of history. » – Daniel Buren

simulation_3D_Grenier_a_sel

8 key words to discover the exhibition

1. Material close to the body, soft, intimate, wool induces a sensation of fragility. It is knitted as it is unraveled. If you pull on the thread, everything comes apart.

2. Used by weavers and geometers, the framework is a means of organizing space, of imagining it. Weaving, thinking of something to come that has not yet taken shape.

3. Forms are generated by the material and gravity: a thread, attached at one end, the other end being free, creates a vertical line. Attached at both ends, it creates a curve, more precisely a chain.

4. The thread is a generator; the set of generators creates virtual surfaces. This allows sculpting the void.

5. 800 grams for a sensory experience of the artwork and
the place like a plays of forces in balance.

6. A minimal intervention in the Salt Granaries to
apprehend their monumental character.

7. In the salt granaries, there is the time of history, and there is the time of the visitor. What happens in the interval matters.

8. A back-and-forth between 3D simulation and in situ experimentation of the physical qualities of the material.

2 greniers a sel Honfleurs

The two Salt Greniers date from the 17th century. Built by the Gabelles farm with Colbert’s approval, most of the stones used for their construction come from the old fortifications of the city. Their oak frame is inspired by marine construction techniques. They are classified as a Historical Monument.

Dimensions: 137.8 long, 39.4 wide, 45.9 at the ridge

Affiche_800gramme_Grenier_a_sel

Artistic co-direction : Jacquie Guiyoule
Graphic design : Eva Hamard

Logo_Honfleur   HWPHPG   logo-boesner   K-LOGO

Éphémère- ÉÉÈ – Décors in situ pour une fête musicale privée

- Description du projet – Avant projet – Études 3D -

- La règle du jeu -

De part et d’autre de la maison, du toit au sol, d’arbres en arbres, sur la terre, vous tracez des axes, tirez des lignes, dessinez les formes: 3 carrés , 2 triangles, structure élémentaire.

Verticalement, une trame de lignes descend de la structure. Des courbes en contrepoint. Grille de lecture, géométrie mouvante du lieu : architecture et nature, ciel, lumière et eau.

Le vent se lève et défait la géométrie. Le vent tombe, la trame réapparaît, et le lieu retend toutes ses lignes.

trace_dessine_bleu_cobalt

- Simulation spatiale -

Chainette O4-2

Chainette 05

- In situ -

- Coquillages suspendus avec un fil de laine rouge sur une trame carré en bambou -

- Fils de laine formant une voute et verticales suspendus sur deux cordes en « V » avec coquillages -

Voute

Hommage à Archimède / Art sous les clochers / Yquelon~Granville

projection_voute_eglise_yquelonYquelon-GranvilleFrançois Gaulier

« Arts sous les Clochers 2108 »
19 mai au 30 juillet 2018

 

Séquence, dessins préparatoiresCycle_lasers_2

Cycle_lasers_hommage_a_archimede_Yquelon_laser_titre

projection_voute_eglise_yquelon_2

« Si nous pouvions dessiner directement dans l’espace nous le ferions mais nous avons besoin d’un support pour matérialiser notre dessin. le cinéma a apporté le mouvement mais aussi l’écran, la toile, à Yquelon, la voûte cylindrique de l’église sera l’écran de projection, les crayons des lasers rouges et le programme informatique notre scénario. Le visiteur devenu un spectateur est partie prenante du dispositif »

Le dispositif
Deux traits lasers rouges sont projetés sur la voûte. Par l’intermédiaire de moteurs, chacun des lasers peut se déplacer d’Est en Ouest et sur lui-même de façon totalement aléatoire la plupart du temps. Le jeu suivant règle les mouvements : dès qu’un spectateur s’approche de la source d’émission de la lumière laser, les deux traits ont tendance à converger verticalement. Au bout d’un certain temps, le hasard contrôle à nouveau le système et déplace
de façon aléatoire les deux traits.

Pourquoi Archimède ?
Toute la subtilité du dispositif est ce passage d’un plan à un espace courbe où les droites sont transformées en arcs de cercle. Nous ne voyons en tant que spectateur que les arcs de cercle. Archimède a donné le premier une valeur approximative de PI pour le calcul de son périmètre en utilisant une approximation par la méthode des polygones. Nous lui rendons indirectement à Yquelon un hommage durant tout l’été avec cette installation numérique, un clin d’œil admiratif aussi aux bâtisseurs des églises romanes qui avaient sûrement compris toute la subtilité de la géométrie plane et en 3D.

« À partir d’un scénario exprimé avec des mots et des dessins, il faut rationaliser l’énoncé du problème, le diviser en différentes parties autonomes mais qui une fois organisées à partir d’un programme informatique donneront une certaine réalité physique à l’idée
artistique de départ »

présentation du projet

rayon_lumiere_yquelon

La porte d’entrée de l’église Saint Pair d’Yquelon filtre  un rayon de lumière et nous invite naturellement à découvrir la projection laser

3_projets_3_eglises_Yquelon_Genet_

François GAULIER & Richard Van de Moosdijk « Hommage à Archimède », Yquelon / Isabelle LEBEAU « Pèlerins » Jardin du Prieuré, église de Genêts / BAP Plasticien « Côtoyer les Cieux »,  église Saint-Martin à Anctoville-sur-Boscq

Point Zéro Namur/Belgique

Arts Emulsions
présente « Point Zéro »
Une installation de François Gaulier
Église baroque de Saint-Loup à  Namur -21/29 octobre 2017

Point Zéro

Point-zero-Namur
Projection laser sur l’autel de Saint Ignace, Saint François Xavier
et Sainte Adèle à l’Église Saint-Loup  de Namur
Un partenariat avec la société Laser Components France
Richard Van de Moosdijk, réalisation technique
Alice Gaulier, philosophe, texte de présentation
Vidéo Anne de Meyer, Photos Catherine Mercier

Saint-Laser - 13

Saint-Laser - 14

Saint-Laser - 15

Saint-Laser - 16( cliquer sur les images pour les agrandir, Photos : C.Mercier)

Note historique

L’église Saint-Loup située dans le cœur historique de Namur, constitue un des joyaux de l’art baroque des anciens Pays-Bas méridionaux. Edifiée entre 1621 et 1645 par l’architecte Pieter Huyssens, frère de la Compagnie de Jésus, elle constitue une traduction  fidèle des préceptes de la Réforme catholique ou Contre-réforme du XVIe engagée par le Concile de Trente. L’ancien collège voisin, construit à partir de 1610, illustre par contre la tradition constructive mosane par son caractère austère et fonctionnel, tout en brique et pierre bleue. Il forme, avec l’église, un vaste ensemble implanté au XVIIe siècle dans la trame médiévale de la ville.

Note d’intention du projet

points zero


Dessins préparatoires
Étude du mouvement

021.25-5

021.25-3

021.25-0Nous choisissons de façon aléatoire un cycle  parmi l’un des 486 cycles différents. La durée de chaque cycle est d’environ 30 secondes.


Dispositif technique
Réalisation : Richard Van de Moosdijk
partenariat avec laser Components

Saint-Laser - 6

Une carte Arduino pilote les 4 servomoteurs

« In Vivo », une sculpture prenant vie sur le bateau navette reliant la rive de l’Oise à l’Ile Nancy, Andresy 2015

« In Vivo » n’existe qu’installée sur le bateau dont elle tire son énergie.


« In Vivo » / 18ème édition de Sculptures-en-l’Ile /
22 mai-27 septembre 2015
Pour lire la vidéo, cliquez sur l’image

Gaulier-Andresy-2015in-vivoUne sphère transparente en renferme une autre plus petite qui se meut à mesure que le bateau avance. Elle est sensible à l’accélération, au roulis comme au tangage. Le paysage alentours des rives de l’Oise se reflète en elle, son mouvement capte notre attention.

“ In Vivo ” est étroitement associée au site de l’île Nancy, le bateau étant son seul moyen d’accès. Elle n’existe et ne vit que par et pour ce site, du mouvement du bateau, elle tire son énergie.

Gaulier-Andresy-2015in-vivo-VI

« In Vivo » est une une sculpture qui met en situation le regard et l’imaginaire du visiteur. L’art est un passeur, le bateau une source d’énergie. le mouvement donne vie à la matière inanimée. la sphère miroir reflète le monde. La sculpture n’existe que par la conjonction de ces éléments pour créer un instant de poésie le temps d’un aller et d’un retour entre la berge et l’Ile Nancy.
La présence du visiteur fait exister la sculpture. Chaque trajet est unique et une expérience singulière pour chacun d’entre nous.

"In vivo", sculpture

« In vivo », sculpture

Je vous propose de vivre cet instant d’émotion, François Gaulier

18ème édition/ Sculptures-en-l’Ile / 22 mai-27 septembre 2015/Andresy
L’île est accessible du mercredi au dimanche de 10h à 19h. Vernissage 21 mai 2015 à 11H30 in situ.

Gaulier-Andresy-2015in-vivo-V

L’accès est libre et gratuit. Embarcadère en face de la mairie : 4 bd Noël Marc, 78570  Andresy.

Un peu de technique

la sphère de 50 cm de diamètre est réalisée en plexiglas (PMMA) . Un technique de soufflage permet d’avoir un état de surface parfait pour une sphère de cette dimension et pour une épaisseur de 4mm. La société Lacrylic (Plasti-D) située au  4 avenue des Violettes, 94380 Bonneuil est partenaire du projet. Différents essais in situ, sur le bateau et dans mon atelier ont permis une réalisation parfaite.

Un ingénieux système d’accrochage a été imaginé avec la collaboration de Gilles Durand, ingénieur d’étude au CEA de Saclay pour stabiliser complétement la sphère en plexiglas. 3 câbles en inox de 2mm de diamètre maintiennent parfaitement la sphère dans l’espace. Le diamètre du câble a été choisi pour des raisons esthétique afin de leur donner de la présence.

Remerciement
Je remercie tout le monde pour leur aide et soutient notamment les bateliers qui ont répondu toujours avec justesse aux remarques des visiteurs sur la présence insolite de cette sculpture sur le bateau..